>>  Historique

Old.jpg


Voici plus d’un demi-siècle, en 1950, qu’une poignée de jeunes amateurs du monde souterrain décidaient de fonder le Spéléo Club de Belgique. Depuis, des centaines de personnes ont été membres de cette association.

Des centaines de membres qui furent actifs quelques semaines ou quelques mois, quelques années ou quelques décennies. Au total cela représente une multitude d’activités, des milliers de jours de semaine, de week-end et de congés qui furent consacrés à la pratique de la spéléologie et à une foule d’activités connexes comme le canyonisme, l’escalade, l’alpinisme, la plongée, le ski sous toutes ses formes, mais aussi la topographie, le cinéma ou la photographie souterraine, la karstologie, la fouille archéologique, la chiropterologie, la biospéléologie,...

Si ces activités se déroulèrent principalement en Belgique et en France, nombre d’entre elles eurent aussi pour cadre les autres pays karstiques d’Europe...et les quatre autres continents !

De cette somme énorme de réalisations petites ou grandes, il n’est bien sûr possible de retenir que les plus essentielles, décennie après décennie, les grandes découvertes, les expéditions, les faits marquants, les apports sous diverses formes à la spéléologie belge dûs au Spéléo Club de Belgique et à ses membres ...

Toutes ces réalisations, aussi majeures, mémorables et inoubliables qu’elles puissent être, n’occultent toutefois en rien dans notre coeur à tous, une multitude de sorties anonymes et sans gloire dans les modestes cavités de notre pays maintes fois visitées, et qui constituent pour tous autant de souvenirs merveilleux, d’un subtil cocktail d’amusement, d’amitié, d’aventure, d’effort physique, de découverte, avec pour théâtre cette nature toujours fascinante.

Au delà de la multitude d’humbles ou discrètes, mais appréciables, sorties spéléologiques dans les karsts d’ici et d’ailleurs, c’est au Spéléo Club de Belgique et à ses (nombreux) chefs de file que l’on doit notamment les premières véritables expéditions spéléologiques belges, avec les expéditions de 1950 et 51 à la Pierre-St-Martin, suivies de celle de 1952 dans le Vercors, de 54 en Ardèche, de 58 dans le Verdon et d’une série impressionnante d’expéditions annuelles sur le réseau Cigalère-Martel depuis 1953 jusque dans les années 60.

Toute l’existence du club fut ensuite jalonnée d’expéditions à l’étranger dont le Maroc dans les années 60, le Marguareis en 68, le Liban en 72, et bien sûr nombre d’expés en France. En dehors de sorties sur les plus grands gouffres du moment en France, Suisse, Italie, Espagne, entre 1975 et 85, le SCB est plus que notablement impliqué depuis 20 ans dans les expéditions belges du GSAB au Mexique, expés ayant amené la découverte et l’exploration de fabuleux systèmes hydrogéologiques parmi les plus importants de la planète, plus de 120 km de galeries découvertes à ce jour, trois cavités de plus de 1000m de profondeur, une longue série de gouffres de -300 à -800, deux énormes résurgences non encore terminées actuellement dont une de 13 et une de 20 km de développement...la dernière expédition en date s’est terminée en mars dernier.

En Belgique, après les retentissantes découvertes du Trou Bernard, de l’Eglise, de la Corde au début des années 50, la fin des années 50 est marquée par les découvertes de l’Abîme de Fermine et surtout de la Grotte de Hotton où les travaux n’ont pratiquement jamais cessé depuis, amenant au gré des ans leur lot de découvertes de prolongements. D’un kilomètre et demi de galeries en 58-59 nous en sommes à plus de cinq aujourd’hui...et ce n’est pas terminé! En dehors d’Hotton, qui focalisa longtemps les énergies, nombre de travaux et découvertes se poursuivirent au fil des décennies. Les année 90 virent l’exploration de la chantoire de Beron-Ry, de 3 km de développement, et de la chantoire Dellieux d’un km de développement pour 96 m de profondeur, qui deviennent tous deux des cavités parmi les plus importantes de notre pays. En ce début du 21ème siècle, retour à Hotton avec la découverte de la grotte de l’Isbelle en 2007, actuellement de 700 m de développement dont 250 m de rivière.

C’est au Spéléo Club également que l’on doit la fondation de la première école belge de spéléologie, les premiers films spéléologiques, et parmi les premiers essais de plongée souterraine avec bien des années plus tard la fondation de la première association de plongée souterraine, simple section du club au départ, qui vu l’ampleur qu’elle prit rapidement et l’implication graduelle de membres d’autres clubs devint très vite une association distincte et autonome. Retenons aussi l’Opération Pluton, l’une des premières expériences belge de survie sous terre "hors du temps" réalisée à Hotton au début des années soixante.

Sur le plan administratif, co-fondateur de la Fédération Spéléologique de Belgique (FSB) en 1952, du Comité Belge de Spéléologie (CBS) en 1959 et de l’Union Belge de Spéléologie (UBS) en 1984, le SCB a toujours pris une part active dans tout élan fédératif, avec chaque fois une implication marquante de membres du club à la tête de ces fédérations. Une situation qui est restée d’actualité, puisque pendant 9 de ses 15 ans d’existence la jeune UBS a vu sa présidence exercée par des membres ou anciens membres SCB, de même qu’une présence constante d’au moins l’un d’eux dans le bureau fédéral constitué de 4 à 6 personnes (avec même il y a quelques années un pic de 4 membres ou anciens membres sur 6 membres du bureau fédéral).

Toujours sur un plan fédéral, ajoutons que c’est encore un ancien membre SCB qui fut à la base de la fondation de la Société Spéléologique de Wallonie (SSW) et de la Fédération Nationale de Spéléologie et d’Alpinisme (FNSA)... tout cela n’est pas du tout du noyautage sournois, mais plus simplement une preuve éclatante du dynamisme dont les membres ont toujours fait preuve, tant sur le terrain qu’à la direction de la spéléologie belge.


Richard